Philippe Mayaux

« C’est pas l’amer à boire »

Galerie Net Plus
21 sept > 1 déc 2017

 

Depuis la Villa Arson où il a fait ses études, Philippe Mayaux surprend toujours par ses productions. Qu’il utilise des machines absurdes ou des médiums « classiques » comme le dessin ou la peinture, il amuse, dérange, interroge, captive au gré de ses humeurs socratiques.

Ses pairs sont Duchamp et Magritte et son monde le nôtre.

Pour l’exposition « C’est pas l’amer à boire » à la Galerie Net Plus il a conçu une installation marmoréenne : « Les quatre fantômes de l’autorité ».

« L’Ensaignant », « Mr Pub », « Le Dictator » et « Le Prophète » sont, à ses yeux, les quatre piliers de notre société de consommation. Ils déclament chacun, au son de leurs trompettes de l’apocalypse, des mots inaudibles qui se transforment en phrases sonores lancinantes (la référence à Chaplin et à son dictateur est flagrante).

Les portraits de marbre contemporains sont des empreintes 3D de ballons de baudruche recouverts d’un tissu. Un « masque » en surépaisseur prend la place des yeux des fantômes rappelant l’extraordinaire masque de théâtre de Michel-Ange au pied du tombeau des Médicis à Florence. Les bouches sont des trompettes. Les fantômes sont identiques. Chacun est singularisé par des « costumes » rappelant les artifices spécifiques au rôle qu’il « incarne », là encore pied de nez de l’artiste, la carnation n’étant pas la première qualité d’un fantôme.

Entre les piliers de l’autorité, deux étagères sur lesquelles sont rangées deux armées blanches qui s’affrontent : « Angry White» . Pas de doute, visuellement çe sont bien des petits chars, canons et véhicules d’une guerre des neiges sortis d’une scène de bataille sur une planète glacée du film de Georges Lucas « L’empire contre-attaque ».

En y regardant de plus près on remarque que les éléments sont constitués de moulages. L’artiste a coulé dans des blisters (emballages, coques plastiques de nos objets de consommation) du plâtre pour reconstituer avec ces moulages des armes et armées imaginaires : la société de consommation engendre la guerre, voilà ce qu’il nous dit avec son humour aigre-doux.

Plus loin, trois autres étagères (rayons de supermarchés ?) présentent des « Idoles » qui pourraient venir tout droit du Musée du Quai Branly, collections africaines.

A y regarder de près, là encore, les blisters ont servi de moules pour fabriquer ces « Idoles », veaux d’or contemporain, leurres culturels et visuels.

Comme les dessins qui font face aux volumes et qui nous piègent dans nos contradictions de consommateurs quotidiens (n’oubliez pas les titres ils font partie du jeu).
Une exposition en creux donc, faite d’empreintes détournées et de revers de la médaille.
Et comme l’artiste assume ses contradictions, l’ensemble des pièces est à vendre !

Loïc Bodin
Septembre 2017

 

Exposition du du 21 septembre au 1er décembre 2017

Infos pratiques :

Galerie Net Plus
60 A rue de la Rigourdière
35510 Cesson-Sévigné
Tél. : 02 99 22 77 99
contact[at]ailesdecaius.fr

Bus n°67
Arrêt Champelé

Entrée libre, du lundi au vendredi, de 9h à 18h
Visite de groupes sur rendez-vous.