» C’est presque minuit, au Taj Mahal flotte l’air d’un marché qui ferme boutique. Le grand hôtel, l’un des plus renommés du monde, miné de part en part de corridors et de salons aux plafonds très hauts (on a l’impression de déambuler dans un gigantesque instrument de musique), n’est empli que de boys vêtus de blanc, et de portiers coiffés du turban de gala, qui attendent le passage de taxis douteux. Ce n’est pas le moment, non vraiment pas, d’aller dormir, dans ces chambres vastes comme des dortoirs, chargées de meubles fin de siècle hétéroclites, avec leurs ventilateurs pareils à des hélicoptères.  »  Pier Paolo Pasolini (extrait)

Georges Dussaud, photographe voyageur, a sillonné l’Inde à de nombreuses reprises, captant en noir et blanc les Indiens dans leur quotidien, des rues grouillantes de Calcutta, de Bénares, jusqu’aux rivages du Kerala.

Dans L’odeur de l’Inde, ses images sont mises en regard des mots du grand auteur italien Pier Paolo Pasolini, écrits lors d’un périple avec Alberto Moravia et Elsa Morante. Son texte n’est pas vraiment un récit, mais le fruit de ses errances nocturnes, où la grande misère côtoie la plus étrange des spiritualités, aux confins d’une humanité primitive.

 

 

 

Titre : L’odeur de l’Inde

Artiste : Georges Dussaud

Auteurs : Georges Dussaud, Pier Paolo Pasolini

Date de publication : 2018

Où trouver ce livre ? https://www.editionsdejuillet.com/products/lodeur-de-linde