Jeremias Escudero

De Agua

ViaSilva est un chantier, on y trouve de nombreuses choses, diverses et variées, mais en 2019, les ouvriers ont eu la surprise de rencontrer un être extraordinaire. Le Cerf Bleu. Un personnage haut en couleurs issu des traditions mexicaines semblant s’adapter tant bien que mal au territoire en pleine mutation. Depuis plusieurs années, Jeremias Escudero se met dans la peau de cette entité, une identité à part entière et arpente villes et campagnes couvert de peinture parfois bleue, parfois rouge, tantôt noire tantôt blanche, couvrant ou non la totalité de son corps. Cette série, Le Cerf Bleu, l’artiste décide d’en faire le centre de sa résidence sur le territoire de ViaSilva, lui permettant ainsi d’exprimer un point de vue souvent oublié, celui de la terre elle-même, de la nature.

La mise est scène est au cœur du travail de Jeremias Escudero et cela se retrouve de plusieurs manières. Au premier coup d’œil, il n’échappe à personne que sa démarche mêle performance et photographie. En effet, l’artiste endosse un rôle et prend place devant l’objectif. On retrouve son personnage sur plusieurs lieux de ViaSilva : dans les champs et dans les bois, en quête d’une eau qui s’avère parfois difficile à trouver, au milieu des travaux, un tube en plastique dans les mains, ainsi que chez les habitant·es du coin, au cœur même de leur maison ou de leur jardin. Ce petit être curieux semble s’attacher aux branchages, vivre en harmonie avec cette ruralité de ViaSilva, mais s’approche également des chantiers pour aller à la rencontre des ouvrier·ères et s’étonner de ses trouvailles. Lorsqu’il s’introduit dans les maisons, il semble faire partie des meubles, il est comme transparent et pourtant bien présent dans le quotidien des riverai·nes.

De même, les photographies de Jeremias Escudero sont mises en parallèle, les unes avec les autres, un élément du chantier vient compléter une action du Cerf Bleu, il y a sans cesse des échanges entre le lieu des travaux et celui des champs et des bois. Les relations entre ce qui bientôt ne sera plus et ce qui se construit sont plus que présentes dans le travail de l’artiste mexicain, il met en place un dialogue, poétique, humoristique ou critique au sein même du chantier.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est espaceur_transparent_50x50.gif.
Slide
Slide
Slide
Slide
Slide
Slide
@Jeremies Escudero 3
Exit full screenEnter Full screen
previous arrow
next arrow

À propos de l’artiste

Né en 1980, il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Guadalajara, au Mexique. 

En 2004, il est photographe associé au journal « Mural » qu’il quitte en 2006 pour travailler comme assistant du photographe de mode Rafael Reynaga. Depuis 2005, il réalise des portraits au gré de ses rencontres et de ses connexions avec les autres. Il est littéralement aimanté par des individus, interpellé par leur personnalité et tente de révéler sa vision par le biais du miroir.

Son site internet : jeremias-escudero.com

Son instagram : jeremiasescudero_photo